Chez nous, jouer avec les mots est une histoire de famille ; une arrière-tante qui a garni de ses romans à l’eau de rose les buvettes des gares, un grand-père arpentant les dunes, plume à la main et cheveux au vent, un père, qui, dès l’aube, déclamait avec lyrisme le contenu de ses futurs romans dans son bureau voisin de ma chambre d’enfant.

Donc, la tête joliment farcie de beaux mots, je suis devenue professeur de français, métier que j’exerce avec bonheur depuis plus de quarante ans.
Jusqu’à présent, l’écriture me paraît vitale quand je suis envahie d’une saine colère, ou d’une envie d’adhérer au cercle des indignées.
Dans ce contexte, mon style est souvent précis, incisif, voire cinglant et humoristique.

M’inscrire dans ce beau projet qui me permet d’aligner les mots avec bienveillance et justesse pour transmettre votre histoire à vos proches est une mission nouvelle et passionnante. Dans mon métier, chaque élève est unique, porteur d’une histoire bien vivante, parfois tourmentée, toujours en construction. Cet aspect a alimenté mon désir d’être devant une classe, malgré les réformettes insensées de nos ministres et pédagogues en chambre close.

Vous rencontrer sera chaque fois une nouvelle aventure, une intrusion délicate, discrète, respectueuse dans votre univers.

J’envisage nos entretiens et nos relectures sous le signe de la confiance, de la collaboration, de l’échange dont vous serez le maître de cérémonie.

Au cours de mes études et de ma carrière, je me suis souvent lancée avec plaisir dans des activités parallèles : cours à l’académie en déclamation, théâtre amateur, animatrice dans une radio libre, organisation de soirées culturelles sur une péniche, collaboratrice pour la rédaction du journal d’une ONG.

Voilà, à l’aube de ma retraite un nouveau défi qui me tient à cœur, car laisser ce beau testament littéraire pour vos proches vaut tout l’or du monde !