À l’aube de ses 30 ans, Lucie a l’impression qu’il serait temps de réfléchir à ce que ça lui fera, un jour, d’être adulte. En attendant, elle parcourt le monde, se construit journaliste, hante les musées sans poussière et prend soin de ceux qu’elle aime. Parfois elle interviewe des gens importants, ou des gens qui devraient l’être plus. Elle rencontre des profils fascinants, des nuls aussi, mais toujours de ceux qui lui apprennent quelque chose de marquant.

Elle voue un amour inconditionnel aux pignons de pin, aux pirates, au bon vin, à sa liberté, aux amitiés loyales et aux mots justes. Elle ne supporte pas l’idée de perdre son temps, a toujours besoin d’avoir une bouteille d’eau à portée de mains et de faire des « to do list ». Elle ne résiste pas à l’achat de certains livres, aux dessins qui ont de la gueule, et cherche désespérément une vieille machine à écrire fonctionnelle pour pondre, un jour, un vrai roman. Dans sa prochaine vie, elle sera matelot, sur son propre bateau, entourée de bouquins formidables, et elle s’assurera de ne jamais rien oublier.

De son enfance, elle garde les images, les parfums et les souvenirs magiques des dizaines d’été passés dans les montagne du nord du Portugal. D’ailleurs, dans sa prochaine vie, elle parlera parfaitement la langue de là-bas, avec l’accent de Porto qui chante le Duro.

Elle gère ses chagrins en dormant, ses conflits en silence, et ses doutes en s’obligeant à avancer, toujours.

Par principe, elle est humaniste. Par expérience, elle est devenue féministe et se bat chaque jour pour que ça ne soit plus une insulte. D’ailleurs, dans sa « chambre à soi », on retrouve une collection du magazine « Causette », entre quelques numéros du « Courrier International », des « Inrocks » ou de toute autre revue culturelle bien torchée (et jolie).

Enfin, si elle « tenait salon », elle inviterait Simone De Beauvoir, Louise Bourgoin, Edmond Dantes (oui, celui de Dumas), Bill Muray, David Lynch, Paul Auster et Sylvestre Defontaine. Ils auraient assurément des tas de choses fascinantes à discuter, ces sept-là.